Les différentes rééducations du périnée

 

 

 

Dans quels cas vous oriente-t-on vers la rééducation ?

 

- En post-partum, que vous ayez accouché par voie basse ou par césarienne.

- En cas d'incontinence urinaire à l'effort, d'urgenturie (l'urgence d'uriner) ou de dysurie (troubles de la miction).

- En cas d'incontinence anale aux gaz ou aux selles.

- En cas de constipation terminale.

- En cas de prolapsus de grade 1 ou 2.

- En cas d'opération de la prostate, en pré- ou post-opératoire.

- En cas de difficultés à avoir des rapports sexuels (dyspareunie).

 

 

 

Les Rééducations Périnéales

 

- La rééducation manuelle : "classique" et CMP :

 

La rééducation manuelle s'effectue en toucher vaginal.

Elle permet d'être sélectif dans les parties du périnée que l'on veut travailler. Par exemple, après un accouchement par voie basse on va retrouver un côté tonique (voire trop tonique) et un côté molasson (celui ou le bébé s'est appuyé pour se retourner). Le travail doit donc être different de chaque côté du périnée.

 

La rééducation classique va rechercher une tonification ou un relâchement musculaire par un travail contre une résistance faite par les doigts du thérapeute. L'intensité et la durée de la contraction dépendent du but visé :  force, tonus, réactivité ou endurance.

 

La méthode CMP (Connaissance et Maîtrise du Périnée) cherche une prise de conscience des différentes fibres du périnée et une capacité à les recruter par des images permettant une visualisation de la sphère uro-génitale.

 

En cas d'épisiotomie, de déchirure, ou de césarienne, on pratique également un massage de la cicatrice pour assouplir les tissus et libérer les adhérences.

L'utilisation de la Tecarthérapie peut venir s'ajouter au travail manuel pendant celui-ci.

 

 

- L'électrostimulation et le biofeedback :

 

L'électrostimulation est l'utilisation de courant électrique à visée antalgique (contre la douleur) ou pour provoquer une contraction musculaire. Les stimulations sont faites via une sonde qui se place dans le vagin (ou dans le rectum pour les messieurs) ou grâce à des électrodes cutanées.

L'électrostimulation est utilisée si la patiente n'arrive pas à contracter son périnée soit s'il est vraiment très faible, soit si sa localisation est difficile.

 

Le biofeedback (BFB sur l'ordonnance, rétro-contrôle en français) :

Grâce à une sonde, on enregistre l'activité électrique produite par la contraction du périnée qui est traduite en un signal visuel sur un écran d'ordinateur. 

Ce moyen permet donc de visualiser la contraction du périnée et est un alternative pour celles qui sont trop gênées pour un travail régulier en toucher vaginal (qui reste néanmoins nécessaire ponctuellement). Par contre, le BFB enregistre une contraction globale et ne permet pas un travail spécifique. 

Note : Le praticien doit rester dans la salle lors de l'utilisation du biofeedback non seulement pour ajuster la sensibilité qui varie lors de la séance, mais aussi pour guider et stimuler la patiente. Une séance de rééducation ne doit pas se limiter à mettre une sonde et aller s'occuper d'autre chose pendant que la patiente contracte le périnée en lisant un magazine...

- L'échographie fonctionnelle :

L'utilisation de l'échographie pour aider au bilan-diagnostic kinésithérapique et au traitement est autorisée par le Conseil de l'Ordre. Visualiser la vessie, et différents muscles aide à prendre conscience de ce qui se passe lors des effort, de la respiration, de la contraction musculaire, etc... Il s'agit d'un outil très intéressant pour la rééducation périnéale et pour l'éducation thérapeutique.

 

- La rééducation comportementale :

 

Certains problèmes viennent de mauvaises habitudes pouvant être dues à de nombreux facteurs : peur de la fuite, mauvaise installation aux toilettes, penser qu'il faut boire beaucoup pour mincir, etc...

La prise en charge consiste alors à corriger ces habitudes par des conseils, des explications sur la physiologie,  ou la tenue d'un calendrier mictionnel.

 

 

- L'APOR du Dr Bernadette de Gasquet :

 

L'Approche Posturo- Respiratoire (APOR) est une méthode globale inspirée du yoga. Elle intègre le périnée dans un travail axé sur la posture et la respiration.

Le Dr de Gasquet, auteur entre autres des livres "Abdominaux : Arretez le massacre !" et "Bien-être et maternité", met l'accent sur la prévention des pressions abdominales qui sont néfastes sur la sphère uro-génitale et la colonne vertébrale.

 

 

- Le concept Abdo/Uro-MG de Luc Guillarme :

 

Luc Guillarme axe sa rééducation sur la bonne synchronisation de la contraction des différents  muscles du caisson abdominal pour diriger correctement les pressions.

Il a mis au point un système d'électrostimulation (abdominale ou périnéale) qui est activé par le son produit lorsque le patient souffle dans un embout spécifique facilitant une bonne maîtrise de l'expiration. 

Si nous prenons en compte les travaux de Diane Lee et Paul Hodges publiés en 2016 (DOI:10.2519/jospt.2016.6536sur le comportement de la ligne blanche, le choix de la technique d'ABDO-MG semble tout à fait approprié dans le traitement des diastasis des grands droits.

 

 

- La rééducation abdominale hypopressive de Marcel Caufriez :

 

Marcel Caufriez a mesuré les variations de pression abdominale dans diverses position, situations et réalisations d'exercices de renforcement.

Il a confirmé de manière scientifique la pression négative crée par la "fausse inspiration thoracique" ou "aspiration diaphragmatique" que l'on peut retrouver dans certaines pratique du yoga (le nauli kriya, par exemple).

De ses études, ce docteur es kinésithérapie belge a tiré un protocole de travail dont les actions sur le corps sont multiples.

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Vous pourriez aimez :

Pourquoi faire une rééducation périnéale ?

Les bases des abdominaux