Cryolipolyse Paris 16

Qu'est-ce que la cryolipolyse ?

La cryolipolyse est un procédé visant à maigrir par le froid en traitant des bourrelets localisés afin d'en éliminer jusqu'à 30% des cellules graisseuses.  

Comment fonctionne la cryolipolyse ?

Le froid appliqué lors de la séance (jusqu'à -11°) va entraîner l'apoptose des adipocytes. En clair, une partie des cellules graisseuses situées sous la peau va mourir. Le processus d'élimination de la cellule va ensuite se faire naturellement par le corps, ce qui explique que le résultat final sera visible en 2 à 3 mois.

A qui s'adresse la cryolipolyse ?

La cryolipolyse est indiquée pour les personnes de poids "normal" ou en léger surpoids désirant perdre certains bourrelets : ventre, culotte de cheval, poignées d'amour, pli du soutien-gorge... 

Le pli cutané de la zone traitée doit être de 3 à 4 cm minimum pour espérer obtenir une réduction satisfaisante.  A l'opposé, un surpoids trop important ne sera pas une bonne indication : la cryolipolyse n'est pas une méthode d'amaigrissement mais un outil de remodelage corporel.

Enfin, la cryolipolyse sera surtout efficace pour les personnes voulant traiter une cellulite adipeuse. Les cellulites aqueuses et fibreuses répondront mieux au traitement par Velashape.

Cryolipolyse... Est-ce que ça marche ?

Une revue systématique de la littérature -c'est à dire une étude de toutes les publications scientifiques existantes sur le sujet- a permis d'établir les faits suivants [1][2] :

- La cryolipolyse est efficace pour 86% des personnes traitées.

- La diminution du pli cutané est en moyenne de 20%, avec un maximum observé de 36%. Les meilleurs résultats sont pour le traitement de l'abdomen et des flancs : 25% de réduction en moyenne pour ces zones.

La cryolipolyse est donc une technique efficace lorsque son indication est posée correctement. Il existe toutefois certains paramètres non mesurables -comme le type des acides gras présents, plus ou moins sensibles au froid- qui feront qu'un "bon candidat" ne répondra pas au traitement de manière espérée.

Comment se déroule une séance de cryolipolyse ?

La séance commence par un bilan : évaluation de la peau, prise de mesures et de photos, consentement éclairé.

Déroulement du traitement : une membrane protectrice est placée sur la zone à traiter qu'une ventouse va aspirer. Pendant quelques minutes, la ventouse va chauffer le pli de peau avant de se mettre à la refroidir.

La température et le temps d'application sont fonction de l'épaisseur du pli de peau traité.

A la fin de la séance, un massage permet à la peau de retrouver sa texture.

Quelles sont les contre-indications à la cryolipolyse ?

 

Les contre-indications sont peu nombreuses :

- Grossesse

- Maladie de Raynaud

- Pathologies liées au froid 

- Hernie et lésions cutanées dans la zone traitée

Cryolipolyse : Effets secondaires

La cryolipolyse est une technique très sûre avec seulement 0,82% de  complications, la plus courante étant une diminution de la sensibilité durant plus de 4 semaines [2].

Des réactions pendant et après le traitement peuvent apparaître de manière variable selon les individus.

- Pendant le traitement : La traction de la peau par l'applicateur peut être sensible. La zone traitée va devenir progressivement anesthésiée avec le refroidissement.

- Après le traitement : 

- Troubles Cutanés : Érythèmes (rougeurs), bleus, gonflements et une sensibilité cutanée peuvent apparaître en conséquence de l'aspiration et du froid. Ces réactions sont normales et disparaissent spontanément avec le temps. 

- Troubles Sensitifs : Diminution de la sensibilité pouvant durer plusieurs semaines ; des douleurs peuvent survenir dans les jours suivant le traitement et disparaissent en 11 jours en moyenne [3].

- Indurations : une dureté de volume variable qui est décelable à la palpation -mais non visible- peut apparaître dans les semaines qui suivent le traitement. Si tel est le cas,  elle disparaît dans un délai de 3 à 6 mois. 

- Hyperplasie adipeuse paradoxale [4] : C'est une complication très rare survenant dans 0,021% des cas (1 sur 5000) où les tissus graisseux vont proliférer. Cette complication esthétique apparaît entre 3 et 6 mois après le traitement   n'est pas dangereuse pour la santé mais ne disparaît pas spontanément. Cette complication touche principalement les hommes (55% des cas alors qu'ils ne représentent que 20% des traitements).

Les zones traitées par cryolipolyse dans notre cabinet sont :

le ventre, les flancs, les hanches et les fesses.

Cryolipolyse : Avis

Si vous êtes un bon candidat, la cryolipolyse est une technique de choix pour le remodelage corporel lorsque l'on veut se débarrasser de certain bourrelets résistants au sport et aux régimes. Elle est sûre, non invasive (pas d'incision ni d'éviction sociale comme lors d'une lipoaspiration), et les résultats durent dans le temps.

Cryolipolyse : Prix d'une séance

 

Nous pratiquons un tarif unique de 289€ Pour une séance de 90 minutes, que ce soit avec un ou deux applicateurs (en simultané).

Une séance gratuite de bilan préalable doit être effectuée pour vérifier la bonne indication de ce traitement, fournir un devis et recueillir le consentement éclairé. 

Cette prestation n'est pas prise en charge par la Sécurité Sociale et ne peut donner lieu à un remboursement. 

Bibliographie

[1] Krueger N, Mai SV, Luebberding S, Sadick NS. Cryolipolysis for noninvasive body contouring: clinical efficacy and patient satisfaction. Clinical, Cosmetic and Investigational Dermatology. 2014;7:201-205. doi:10.2147/CCID.S44371.
[2] Derrick CD, Shridharani SM, Broyles JM, The Safety and Efficacy of Cryolipolysis: A Systematic Review of Available Literature. Aesthet Surg J. 2015 Sep;35(7):830-6. doi: 10.1093/asj/sjv039. Epub 2015 Jun 2.

[3] Keaney TC, Gudas AT, Alster TS, Delayed Onset Pain Associated With Cryolipolysis Treatment: A Retrospective Study With Treatment Recommendations. Dermatol Surg. 2015 Nov;41(11):1296-9. doi: 10.1097/DSS.0000000000000502
[4] Keaney TC, Naga LI, Men at risk for paradoxical adipose hyperplasia after cryolipolysis. J Cosmet Dermatol. 2016 Dec;15(4):575-577. doi: 10.1111/jocd.12256. Epub 2016 Jul 19.