Pourquoi faire une rééducation périnéale ?

 

- Accouchement par voies naturelles ou par césarienne :

La rééducation en post partum (plus ou moins éloigné dans le temps) va servir à redonner du tonus ou au contraire à détendre un périnée mis à mal lors de l'accouchement. Pendant la grossesse, bébé pèse sur le périnée et on peut donc également avoir besoin de rééducation périnéale lorsqu'on a eu une césarienne.

Vous pouvez trouver plus d'information dans la section "en savoir plus".

A lire également : La (Ré)éducation précoce du Périnée

- Ménopause :

A la ménopause, l'imprégnation hormonale chute et le périnée perd en tonus. On peut alors voir apparaître des incontinences urinaires. La rééducation du périnée va chercher à contrebalancer ce phénomène.

 

- Prostatectomie (avant et après l'intervention) :

Une des conséquence possible de la prostatectomie est l'incontinence urinaire. Dans la grande majorité des cas, le problème va se résoudre de lui même mais cela peut prendre du temps (un à deux ans) et/ou être imparfait. La rééducation périnéale accélère la récupération et permet de gérer d'éventuelles séquelles. 

Les séances avec votre kiné sont également l'occasion d'aborder les questions sur la sexualité après prostatectomie et de voir les solutions existantes.

Les futurs opérés peuvent bénéficier de deux ou trois séances de kiné du périnée avant l'intervention pour optimiser la récupération et répondre aux possibles angoisses bien légitimes.

 Vous pouvez trouver plus d'information dans la section "en savoir plus".

 

- Incontinence Urinaire : 

On peut souffrir d'incontinence urinaire sans être ménopausée, avoir accouché ou avoir eu une prostatectomie. La rééducation du périnée peut être utile dans de nombreux cas : sport intensif générant des pressions, habitudes de vie, etc... Les troubles urinaires ne doivent pas être un tabou. Parlez en à votre kiné ou votre médecin.

 

- Prolapsus (= descente d'organes) :

Conséquence plus ou moins tardive d'un accouchement, d'une constipation chronique ou de la ménopause, le prolapsus peu évolué peut bénéficier de rééducation périnéale pour améliorer ou stabiliser la situation. Les stades plus avancés devront avoir recours à la chirurgie.

Vous pouvez trouver plus d'information dans la section "en savoir plus".

 

- Incontinence Anale et Constipation (anisme): 

Si les troubles urinaires sont déjà un peu tabou, que dire des troubles de la sphère ano-rectale ! 

Pour l'incontinence anale aux selles ou aux gaz, la kinésithérapie va chercher à renforcer le périnée et le sphincter d'une part, et augmenter la capacité du rectum souvent réduite d'autre part.

Dans les cas de constipation terminale (anisme), la kinésithérapie va aider à retrouver comment relâcher le périnée lorsque l'on va à la selle. Il faut également travailler sur une poussée bien dirigée et non délétère ainsi que sur la sensibilité du rectum.

 

 

-Sexualité : 

Le tonus et la force du périnée jouent un rôle dans la qualité de la sexualité des femmes et des hommes. Vous trouverez dans ce billet de mon blog des liens vers des études scientifiques sur le sujet.

A l'inverse, un périnée trop tonique va être nuisible, rendant les rapports désagréables ou douloureux. Il faut alors apprendre à le détendre...

Enfin, les cicatrices d'épisiotomie ou de déchirure peuvent provoquer des douleurs et sont à prendre en charge avec lors de séances de rééducation périnéale.

A lire également :
Les différentes rééducations périnéales