J'ai testé : le MAPLe Novuqare (2/2)

June 27, 2016

 

 

Il y a quelques temps, je vous présentais dans ce post un appareil d'électrostimulation / biofeedback que l'on m'avait donné en test : le MAPLe Novuqare. Voici mon retour d'expérience et donc mon avis personnel sur le matériel, le logiciel associé et le principe de "cartographie" via les cas de mes patients-test et le test que j'ai fait sur moi-même.

Il est clair que ceci n'a rien de scientifiquement valide. Il ne s'agit que d'une revue de l'utilisation sur 5 cas.

 

Les avantages :

 

- La cartographie :

C'est le "plus produit" de cette machine. Voici un point sur les cas de mon test :

 

1- Test sur moi-même.

But : Voir s'il y a une corrélation entre ce que je pense faire et ce que je visualise à l'EMG.  

EMG : J'ai cherché à contracter certaines zones du périnée en pensant aux consignes que j'ai l'habitude de donner à mes patients :

 

 

  "Serrer devant"

 

"Serrer au fond"

 

"Serrer l'anus" (Mode "absolu")

Résultats : Il y a clairement une corrélation entre ce que je veux faire et ce que je vois à l'écran. Cela m'a aussi permis de me rendre compte qu'il est plus difficile pour moi de sélectionner une zone précise en décubitus avec une sonde que debout sans rien.

 

 

2- Patient souffrant d'incontinence anale.

But : visualiser et mobiliser plus efficacement le sphincter anal externe pour obtenir une contraction complète.

EMG : Le cercle le plus externe restait dans les blancs alors que les autres noircissaient bien (mode "absolu"). Ceci correspond à ce que j'ai en manuel où j'ai un net déficit du SAE.

Résultat : L'historique des contractions montre une amélioration du recrutement des fibres associées au cercle externe au cours de la séance et au fil des séances. Le patient dit être stimulé par le BFB et que la carte l'aide à localiser la zone déficiente. 

 

3- Femme en post partum.

But : Mobiliser une zone qu'elle négligeait car les autres étaient très fortes.

EMG : Les cadrans latéraux avaient tendance à rester bleus (sous la valeur moyenne de référence) alors que ceux ant et post étaient bien rouges (supérieurs à la valeur de référence).

J'ai donné l'instruction de chercher à "fermer des portes coulissantes". Les cadrans latéraux sont alors devenus rouges.

Résultat : La patiente maîtrisait déjà bien son périnée mais avait tendance à négliger une zone. L'EMG permettait à la patiente de le voir et de corriger pour obtenir une contraction globale. En BFB classique, la valeur mesurée aurait été satisfaisante et n'aurait pas permis cette précision.

 

4- Patient présentant une dyschésie par asynchronisme.

But : Visualiser le manque de relâchement et le corriger.

EMG : On visualise bien une zone de tension qui a du mal à relâcher (2ème et 3ème cercles en partant de l'extérieur, cadran postérieur).

Résultat : Le patient est capable d'augmenter la contraction de cette zone et donc de sentir où elle se situe. A priori, cela devrait aider à obtenir une meilleure maîtrise et donc relaxation mais le patient supporte mal la sonde et nous n'aurons qu'une séance de travail avec. Il faudrait selon moi une véritable étude comparative pour voir si il y a une différence significative avec ce qu'apporte un BFB classique.

 

Vidéo 3 : Test relâchement

 

 

 

5- Patient suivi en post prostatectomie radicale.

But : Aider à contraacter le périnée antérieur.

EMG : On visualise une contraction forte partout sauf dans le cadran antérieur (les 2 cercles les plus internes rougissent mais pas les 3 autres).

Stimulation : Utilisation de 2 colonnes (antérieure et droite) avec 1/8eme de rotation de la sonde pour cibler la zone urétrale.  Le patient dit sentir la stimulation au niveau du scrotum.

Résultats : Sur 3 séances, l'historique de l'EMG ne montre pas d'amélioration mais je trouve que visualiser la zone déficiente est un point intéressant.

Depuis les séances le patient à relaté une amélioration de la continence : il peut faire sa séance de yoga sans avoir de fuite (en incluant des postures à risque).

Il me faudrait plus de sujets dans ce cas pour me prononcer sur ce que peut ou non apporter le système.

 

6- Stimulation : A part pour le cas n°5, je ne l'ai pas assez utilisé pour avoir un avis dessus.

 

 

 - La sensibilité et la spécificité de l'EMG : 

 

Tout d'abord : Etude publiée dans Neurourology and Urodynamics sur la fiabilité du système EMG.

Très sensible, c'est parfait pour les périnées faibles. 

Assez spécifique, les contractions parasites ne viennent pas trop biaiser l'EMG (Test sur moi-même en levant les fesses, serrant les genoux et contraction abdominale).

Une étude par le labo de l'ARREP serait la bienvenue.

 

 

- Le design et l'encombrement :

 

Le socle de rechargement/relais wifi est petit et peut être branché dans un coin du cabinet.

Le logiciel est une appli qui tourne sur un IPad, encombrement minimal et joli. Il faut une petite table pour le poser pendant la séance ou l'installer sur un bras télescopique fixé à un mur.

Le pod auquel est relié la sonde fait la taille d'une main et est très léger. On peut le porter en bandoulière ou autour du cou grâce à une sangle qui est fournie.

 

 

- L'utilisation du logiciel :

 

La prise en main est rapide et assez intuitive. Il faut créer une fiche pour le patient qui permettra d'avoir un historique des séances puis on peut accéder au réglage du BFB ou de la stimulation.

Double affichage pour le BFB : La "carte" et la courbe EMG globale (courbe classique).

Possibilité d'avoir la carte en valeur absolue ou relative (comparaison avec des groupes témoins sains). 

La navigation est fluide et rapide, le tout en tactile via l'IPad.

La sonde est jolie, légère et de faible calibre (un doigt). Très bien pour l'anisme (vaginisme non testé mais ça doit être pareil). Cette taille entraîne aussi un inconvénient (voir plus bas).

Les inconvénients :

 

- Le raccordement de la sonde :

 

La sonde personnelle n'a pas de câble qui lui est propre et le nettoyage/désinfection doit être fait au cabinet par le praticien avec la sonde reliée au câble pour assurer l'étanchéité. De plus, la jonction sonde/câble n'est pas pratique à nettoyer. L'ensemble crée pour moi un gros problème hygiénique.

 

Le câble fait un coude avec la sonde. Ca facilite l'orientation mais : 

    En vaginal, le câble peut venir chatouiller le clitoris...

    Pour les hommes, il faut tourner le câble vers l'arrière à cause des organes génitaux. Il faut donc aussi     tourner l'IPad pour que la carte corresponde et du coup la courbe EMG classique est inversée (un peu     perturbant mais pas trop gênant).

 

Mon conseil au fabriquant : faites une sonde qui a son propre câble souple dans l'axe avec juste un repère pour l'orienter correctement : plus pratique d'utilisation et plus hygiénique.

Réponse : La piste développée est celle d'intégrer une jupette de protection propre à la sonde qui couvrirai le câble.

 

 

- Profil de la sonde : 

 

 

Impossible de travailler debout car la sonde ne tient ni en vaginal ni en anal. C'est vraiment dû au faible diamètre de la sonde (c'est comme un doigt) car elle est très légère.

Pour éviter que la sonde tourne lors de travail en décubitus, il faut la tenir (bon, ça ne me dérange pas car c'est ce que je fait toujours, même avec des Périform/Anuform).

Lors du test que j'ai effectué sur moi-même j'ai eu du mal à relâcher car j'avais l'impression que la sonde allait partir.

 

Le concepteur dit qu'ils travaillent sur une autre sonde qui tiendra mieux. A suivre.

 

 

 

- Choix de la sonde :

 

Cet appareil ne permet de travailler qu'avec sa sonde dédiée.

J'aimerais pouvoir choisir ma sonde en fonction de mes patients, même si du coup ce ne serait pour une utilisation qu'en BFB classique. Au niveau logiciel ça ne doit pas être très compliqué vu qu'ils affichent déjà cette courbe. Peut-être un adaptateur pour y brancher une connectique "banane" est-il faisable ? (La sonde du MAPLe a 24 électrodes, ce qui demande un nombre de fils correspondant et donc une connectique spéciale).

 

Autre point : le prix. La sonde du MAPLe coûte 56€. Le tarif conventionné pour les sondes est de 26€ (prix habituel pour les sondes vaginales et on trouve les sondes anales autour de 40€). Je bosse avec des patientes bénéficiant de l'AME ou de la CMU et je ne me vois pas leur demander ce surcoût...

 

Mon conseil au fabriquant : permettre de brancher des sondes classiques même si cela ne permet de travailler qu'en BFB classique.

 

 

- Pas de manométrie.

 

Le concepteur pense qu'un manomètre style Phénix est faisable facilement. A suivre.

 

 

- Les points négatifs du logiciel :

 

Je le note ici car ce sont des points qui manquent par rapport aux deux gros (Phénix et YSY) mais ne sont pour moi qu'accessoires. Les futures évolutions du logiciel ne manqueront sûrement pas d'y remédier.

 

En BFB, il n'y a pas de courbe à suivre sur le tracé global. Evidemment, on est sensé se concentrer sur la carte du périnée mais avoir le choix serait un plus (surtout dans l'idée de pouvoir brancher des sondes classiques).

 

Le réglage de l'intensité de l'électrostimulation ne se fait que pendant la stimulation (pas de préréglage possible avant de débuter la séquence). Bon, il faut être un peu rapide mais ce n'est pas très gênant. Suggestion faite.

 

Il n'y a pas de programme préréglé pour l'électrostimulation en fonction des objectifs. On peut mettre en mémoire 3 réglages. Un menu déroulant avec une gamme complète de réglages est prévu.

 

La carte en valeur absolue du BFB est sur un niveau de gris, ce n'est pas très sexy... ;)

Un peu plus gênant est la valeur max affichable qui est trop faible avec ses 16µV (mais on peut alors switcher en mode relatif). Ce serait bien de pouvoir régler le max avec une variation de teinte s'y adaptant (le fait d'avoir un max pas trop haut est bien pour ne pas décourager les patient ayant un périnée plus faible).

 Verdict personnel :

 

Je ne peux pas affirmer scientifiquement que ce concept apporte un plus thérapeutique mais il y a des points qui vaudraient la peine de bénéficier d'une véritable étudie. 

 

Je trouve le concept prometteur, avec un travail en finesse possible. Les personnes sensibles à la méthode CMP apprécieront. Il doit aussi y avoir un intérêt dans le diagnostic des dysfonctions. A étudier.

 

Dans le cas du post-partum, je pense que la rééducation périnéale est aussi, pour certaines femmes, l'occasion de faire connaissance avec leur périnée. Je trouve que le MAPLe peut être un bon outil dans cette optique.

 

Revers de la médaille : la carte 3D à plat est un concept tout de même plus difficile à intégrer pour le patient que la courbe de BFB classique et donc pas forcement accessible à tout le monde...

 

Pour le moment, je pense que le MAPLe Novuqare ne peut pas être le seul appareil de BFB équipant un cabinet de périnéologie car il ne permet ni de travailler debout, ni de faire de manométrie (pour ceux qui font de l'ano-rectal). De plus, le prix des sondes est discriminant vis à vis de nos patients les moins aisés. 

Par contre, il est pour le moment selon moi un outil complémentaire pouvant être intéressant.

 

Si le concepteur fait les évolutions suivantes (dans mon ordre d'importance pour ma pratique) :

       - sonde munie d'un câble souple qui lui est propre (pratique et plus hygiénique),

       - possibilité de brancher une sonde classique (tarif sécu) en ne travaillant qu'en BFB classique.

       - sonde qui tient lorsque le patient est debout,

       - manométrie disponible en option,

       - test mené par l'ARREP,

il sera un concurrent sérieux des YSY et Phénix lorsque je changerai mon appareil. 

 

En attendant, si mon Phénix me lâche je devrai m'en acheter un autre. Ne pouvant pas financer deux appareils de BFB, c'est avec regrets que j'ai rendu le MAPLe.

 

 

 

Please reload

Featured Posts

Sonde Connectée d'Entraînement Périnéal : Test d'Emy

March 6, 2019

1/10
Please reload

Recent Posts
Please reload

Archive
Follow Us